logo-arkemine

  • 0

    Arkemine-archeologie-Chantier-Carrefour-RD-52---RD-347-CHA_MaisonRonde.jpg

    Arkemine-archeologie-Chantier-Carrefour-RD-52---RD-347-CHA_MaisonRonde

  • 700301
  • 1

    Arkemine-archeologie-Chantier-Carrefour-RD-52---RD-347-CHA16_PlanGENEInternet-copie.jpg

    Arkemine-archeologie-Chantier-Carrefour-RD-52---RD-347-CHA16_PlanGENEInternet-copie

  • 578500
  • 2

    Arkemine-archeologie-Chantier-Carrefour-RD-52---RD-347-CHA_PoteauSousSoli-2.jpg

    Arkemine-archeologie-Chantier-Carrefour-RD-52---RD-347-CHA_PoteauSousSoli-2

  • 390500
  • 3

    Arkemine-archeologie-Chantier-Carrefour-RD-52---RD-347-CHA16_BatA-Photogrammetrie-2.jpg

    Arkemine-archeologie-Chantier-Carrefour-RD-52---RD-347-CHA16_BatA-Photogrammetrie-2

  • 527500

Home  > Références  >  Carrefour RD 52 - RD 347

  • Type :
    Archéologie préventive
  • Périodes :
    Paléolithique
    Néolithique
    Gallo-romain
    Médiéval
    Moderne
  • Sujets et thèmes :
    Habitat, Structures agricoles
  • Dates :
    10/10/2017 - 18/11/2017
  • Surface :
    3300 m²
  • Aménageur :
    Département de la Vienne

Carrefour RD 52 - RD 347 - Chalais (Vienne)

Le chantier de la fouille du carrefour entre la RD 52 et la RD 347 empreinte les limites de l’aménagement routier, c’est-à-dire que archéologie découverte s’inscrit dans une bande d’environ 200 m de longueur mais ne dépassant par le s15 m de large. Au totale 4 zones avaient été vues, 3 comportant des constructions en pierre et une avec des constructions sur poteaux.

L’espace est structuré de par la présence de nombreux fossés dont la majorité répondent clairement au besoin d’évacuer l’eau vers le bas de pente et la Briande coulant en contrebas. La mise en place de ces parcellaires est mal connu mais les versions les plus anciennes semblent être antiques. Une voirie apparaissant sur les cadastres du XIXe siècle en forme l’expression la plus récente.

Dans ce paysage, on a identifier cinq bâtiments et de nombreuses fosses se rattachant à des occupations antiques ou médiévales. Outre une vision partielle des occupations, du à la morphologie de l’aire ouverte, la compréhension du site est rendue complexe par le caractère mouvant des sédiments composés de sables principalement et fréquemment déplacés par le lessivage de pente. Les éléments de mobiliers archéologiques se déplaçant de même, il existe une forte « pollution » archéologique due à une fréquentation ancienne de la colline. De nombreux éléments néolithiques se sont ainsi associés à des lots de mobiliers plus récents. De même, un biface a été retrouvé de façon isolé.

Les cinq bâtiments présentent des plan différents et couvrent des époques et des fonctions variées. D’ouest en est on observe un ensemble de petites fosses interprétées comme trous de poteau d’une maison ronde à foyer central, mal datée. Son diamètre est proche de 5 m.Un autre bâtiment sur neuf poteaux porteurs adopte plus à l’est un plan quadrangulaire de 7,7 x 7 m pour une superficie globale de 51 m² . A sa place et après son démantèlement est installé un bâtiment à fondation de craie, antique dont seuls deux pans de murs, ou leur spoliation sont conservés. Dans la zone centrale, la concentration de structures archéologiques est importante. Des éléments parfois conservés en lambeaux indiquent la présence d’un bâtiment sur murs ou solins de craie associé à un espace empierré. La surface concernée est d’environ 44 m² . L’ensemble est fortement remanié par les activités agricoles postérieures. Un de ces activités est caractérisée par le dernier bâtiment quadrangulaire formé de quatre poteaux qui semble être un grenier d’une aire de 4,6 m²pour le stockage aérien des récoltes . A proximité a été retrouvé un ensemble de silo médiévaux qui illustrent une solution différente pour le même usage, puisqu’ils servaient également au stockage et conservation des récoltes mais cette fois en pleine terre.

 

Enclos, bâti sur fondation de craie, ensilage