logo-arkemine

  • 0

    Arkemine-archeologie-Chantier-25-Bd-Pasteur-2016-9-fig20.jpg

    Arkemine-archeologie-Chantier-25-Bd-Pasteur-2016-9-fig20

  • 700466
  • 1

    Arkemine-archeologie-Chantier-25-Bd-Pasteur-2016-9-fig26.jpg

    Arkemine-archeologie-Chantier-25-Bd-Pasteur-2016-9-fig26

  • 700466
  • 2

    Arkemine-archeologie-Chantier-25-Bd-Pasteur-2016-9-fig27.JPG

    Arkemine-archeologie-Chantier-25-Bd-Pasteur-2016-9-fig27

  • 700466

Home  > Références  >  25 Bd Pasteur

  • Type :
    Archéologie préventive
  • Périodes :
    Antiquité
    Période moderne
  • Sujets et thèmes :
    Thermes
  • Dates :
    12/09/2016 - 10/11/2016
  • Surface :
    2100 m²
  • Aménageur :
    Commune d’Allonnes

25 Bd Pasteur - Allonnes (Sarthe)

Le projet d’aménagement du pôle éducatif et sportif « Curie Pasteur » à Allonnes (72)  a fait l’objet d’une prescription de diagnostic archéologique préventif. Ce dernier, réalisé par l’Inrap, a révélé des vestiges maçonnés appartenant à un édifice thermal de la période romaine. Considérant que l’aménagement envisagé par la Mairie d’Allonnes était susceptible d’affecter des éléments du patrimoine archéologique, le Préfet de la région Pays de la Loire a prescrit une fouille préventive pour une surface de 2100 m2.

 Cette opération de fouille archéologique préventive se situe au cœur de l’agglomération antique d’Allonnes, connue depuis le XVIIIe siècle. Plus précisément, l’opération concerne la zone méridionale des thermes dits « Thermes Pasteur » ou « Thermes du Champ des Tuffètes », fouillés entre 1840 et 1843 par Charles Richelet à proximité d’un axe nord/sud principal de la ville. Ces travaux ont révélé un ensemble de bains publics vaste de 45 x 60 m, construits en petit appareil.

Remblayés par la suite, c’est un secteur entier de l’édifice qui a été détruit en 1962 lors de la construction d’un lotissement et d’autres travaux réalisés dans les années qui ont suivi n’ont pu autoriser que quelques observations complémentaires. En l’état actuel des données, la construction paraît remonter au Ier s. ap. J.-C., et l’abandon interviendrait au cours du IIIe siècle. L’édifice a par la suite servi comme source de pierres.

L’opération de fouille a porté sur l’espace jouxtant l’édifice au sud. Elle recoupe la pièce sud-orientale (déjà connue, avec un foyer condamné) et concerne tout l’espace de cour méridionale qui est apparu limité par le mur de clôture de l’édifice (entièrement récupéré). La fouille a permis de compléter le plan de ces bains publics dans sa partie sud-est en révélant une galerie périphérique et en mettant en évidence l’existence d’une salle inconnue des fouilles anciennes. Celle-ci se distingue avec une structure ronde de type bassin ou support de vasque, ainsi qu’un état de sol correspondant certainement à un plancher : empreintes de lambourdes, vestiges de planches… Le tout a subit un incendie.

L’évolution et la chronologie de l’édifice sont mieux connues, notamment dans ses phases de récupération de matériaux, intervenues probablement dès le XIe siècle. Les relations avec la ville apparaissent plus nettement pour ce secteur, avec une entrée sous porche à l’est donnant sur une voie sans aménagement particulier, et sur un îlot apparemment non loti.

  • Responsable d'opération
    Arnaud Coutelas
  • Contact responsable : arnaud.coutelas@arkemine.fr
  • Equipe de fouille :
    Céline Beauchamp
    Amaury Berthelon
    Morgan Grall
    Hugo Meunier (CAPRA)
    Marie Spicher
  • Partenaires :
    Centre Allonnais de Prospection et de Recherches Archéologiques (CAPRA)
    Centre d’Etude des Peintures Murales Romaines (CEPMR)
  • Suivi SRA :
    E. Georges
  • Avis CIRA :


Thermes, placages de marbre, enduits peints, chantier de récupération, fouilles anciennes