logo-arkemine

  • 0

    Arkemine-archeologie-Chantier-Aleria-IMG_2744_pour-couv.jpg

    Arkemine-archeologie-Chantier-Aleria-IMG_2744_pour-couv

  • 700473
  • 1

    Arkemine-archeologie-Chantier-Aleria-IMG_2805.JPG

    Arkemine-archeologie-Chantier-Aleria-IMG_2805

  • 700466
  • 2

    Arkemine-archeologie-Chantier-Aleria-IMG_2556.JPG

    Arkemine-archeologie-Chantier-Aleria-IMG_2556

  • 333500
  • 3

    Arkemine-archeologie-Chantier-Aleria-DSC_9207.JPG

    Arkemine-archeologie-Chantier-Aleria-DSC_9207

  • 700464
  • 4

    Arkemine-archeologie-Chantier-Aleria-DSC_5618.JPG

    Arkemine-archeologie-Chantier-Aleria-DSC_5618

  • 700464
  • 5

    Arkemine-archeologie-Chantier-Aleria-DSC_7660.JPG

    Arkemine-archeologie-Chantier-Aleria-DSC_7660

  • 700464

Home  > Références  >  Aleria

  • Type :
    Archéologie programmée
  • Périodes :
    Antiquité
  • Sujets et thèmes :
    Urbanisme antique
  • Dates :
    2011 - 2012
  • Surface :
  • Aménageur :
    Collectivité Territoriale de Corse

Aleria - Aleria (Haute-Corse)

Si Aléria (Haute-Corse) rentre dans le giron de Rome en 259 av. J.-C., avec la conquête de la ville (et de la Corse) par Lucius Scipio au début de la première guerre punique, les vestiges romains les plus précoces répondent à trois vagues de colonisation du Ier s. av. (par Sylla, en -81 ; par César vers -46 ; et par Octave en -32). Toutes ces interventions ont apparemment marqué l’histoire architecturale de la ville. Son activité perdurera durant tout le Haut Empire et l’Antiquité tardive. Ville, colonie, capitale de province, elle aura ainsi longtemps été le centre politique et économique de la Corse.

Propriétaire du site depuis fin 2003, la Collectivité Territoriale de Corse (CTC) entend réaliser une nouvelle base documentaire sur le bâti et l’urbanisme de la ville antique d’Aléria. Il s’agit donc d’effectuer une étude architecturale et urbanistique de l’ensemble de l’agglomération romaine. Celle-ci doit nous permettre de mieux connaître :

- le bâti et son évolution : typologie des modes de construction, identification des reprises, chronologie des unités et ensembles architecturaux ;

- l’urbanisme et la nature des équipements urbains : identification des structures et édifices (et de leur statut), analyse de leur organisation au sein de la trame urbaine ;

- l’eau dans la ville : étude du bâti et de la répartition des structures hydrauliques au sein de chaque bâtiment et pour l’ensemble de l’agglomération.

Il s’agit autant d’acquérir des connaissances nouvelles, que de discuter les informations archéologiques issues des fouilles anciennes.

L’opération a débuté à l’automne 2011, pour une durée de 2 ans. Elle se fonde sur les relevés topographiques et sur les techniques habituelles d’archéologie du bâti, adaptées au site : enregistrement des unités stratigraphiques construites, analyse des modules, photo-relevés ponctuels ou intégraux, etc. Elle prend de surcroît en compte la nature et la typologie des matériaux de construction (pierre, terres cuites architecturales, mortier de chaux). Par ailleurs, de nouvelles techniques – notamment la photogrammétrie – sont développées dans le cadre de ce projet.

par Arnaud Coutelas, Arkemine SARL

Publications :

COUTELAS A., ALLEGRINI-SIMONETTI F., LOISEAU Ch. et PAINSONNEAU S. (2014) – La construction dans la ville romaine d’Aleria (Haute-Corse) : premières données sur l’approvisionnement et les techniques de mise en oeuvre des matériaux. In LORENZ J., BLARY F. et GELY J.-P. (éd.) – Construire la ville : histoire urbaine de la pierre à bâtir, actes du 137e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Tours 2012, éd. du CTHS, Paris, 121-134.

Bâti