logo-arkemine

  • 0

    Arkemine-archeologie-Chantier-Livarot-DSC06831.JPG

    Arkemine-archeologie-Chantier-Livarot-DSC06831

  • 700525
  • 1

    Arkemine-archeologie-Chantier-Livarot-DSC07517.JPG

    Arkemine-archeologie-Chantier-Livarot-DSC07517

  • 700525
  • 2

    Arkemine-archeologie-Chantier-Livarot-LIV-07---42---Planche-06---Plan-general-v10.jpg

    Arkemine-archeologie-Chantier-Livarot-LIV-07---42---Planche-06---Plan-general-v10

  • 425500
  • 3

    Arkemine-archeologie-Chantier-Livarot-LIV-07---50---Planche-13---Photos-fouille.jpg

    Arkemine-archeologie-Chantier-Livarot-LIV-07---50---Planche-13---Photos-fouille

  • 700545
  • 4

    Arkemine-archeologie-Chantier-Livarot-LIV-07---80---Planche-34---hachette-etc.jpg

    Arkemine-archeologie-Chantier-Livarot-LIV-07---80---Planche-34---hachette-etc

  • 465500
  • 5

    Arkemine-archeologie-Chantier-Livarot-DSC07362.JPG

    Arkemine-archeologie-Chantier-Livarot-DSC07362

  • 700525
  • 6

    Arkemine-archeologie-Chantier-Livarot-LIV-07---98---Planche-41---culots.jpg

    Arkemine-archeologie-Chantier-Livarot-LIV-07---98---Planche-41---culots

  • 700476

Home  > Références  >  Livarot

  • Type :
    Archéologie préventive
  • Périodes :
    Antiquité
  • Sujets et thèmes :
    Métallurgie du fer
  • Dates :
    05/03/2007 - 27/04/2007
  • Surface :
    4500 m²
  • Aménageur :
    Communauté de communes du Pays de Livarot

Livarot - Livarot (Calvados)

Préalablement à l’extension de la zone d’activité commerciale Nord de Livarot (14), le diagnostic archéologique, réalisé en juin 2004, avait révélé la présence d’une importante quantité de résidus liés à une activité métallurgique gallo-romaine du fer. L’opération préventive, menée du 5 mars au 27 avril 2007 par 4 personnes sous la responsabilité de Christophe Colliou, a concerné une surface de 4500 m².   

La phase terrain a permis de reconnaître différents vestiges et de réaliser un échantillonnage des résidus métallurgiques. Ces derniers ont postérieurement fait l’objet d’une approche analytique, menée en collaboration avec le laboratoire Pierre Süe (Archéomatériaux et prévisions de l’altération, CEA/CNRS, UMR 9956, Saclay). En terme de structures, ont été mis au jour les vestiges d'une unité complexe de forge, des fours de réduction, des puits profonds ainsi que de nombreux fossés, fosses et trous de poteaux. Ces ensembles ont livré une grande quantité de céramiques antiques (Ier-IIème siècles de notre ère), tant de provenance locale que d’importation. La fouille des puits a démontré qu’ils n’étaient en aucun cas liés à une extraction sur site de minerai de fer, mais qu’il s’agissait, en fait, de puits pour l’eau. Profonds de 3 à 4 m en moyenne, ils ont été creusés à travers des limons jusqu’au contact avec une couche sous-jacente de graviers à travers laquelle s’écoule la nappe phréatique. Leur densité sur la zone ainsi que le peu de soins apportés à leurs creusements laissent supposer qu’il était d’usage de ne pas ou de peu les entretenir et d’en aménager de nouveaux dès que nécessaire. Un seul d’entre eux présentait un cuvelage de fond en bois, sur une hauteur d’environ 1 m. Les remplissages de ces puits ont notamment livré des cruches complètes dont la fonction pour puiser de l’eau est avérée.

Quant à la métallurgie, si les vestiges de structures de réduction sont peu nombreux, les analyses archéométriques des résidus ont permis de mettre en évidence une production de métal qui s'est effectuée avec des rendements très divers. Le minerai était probablement extrait des gisements repérés dans les couches géologiques supérieures des versants de la vallée de Livarot. Par ailleurs, la fouille des structures de forge et le travail en laboratoire ont permis de faire une proposition quant à l'organisation et au fonctionnement de cet atelier. Le travail de forge portait sur un éventail très large de productions, du clou à l'objet manufacturé de qualité.

Enfin, si l’organisation et la fonction des fosses, fossés et trous de poteaux découverts restent sur bien des aspects problématiques, l’existence de ces structures, corrélée à celle des puits et des ateliers métallurgiques, prouvent que le site se situe à la périphérie proche d’une zone d’activité et d’habitat, villa ou agglomération. Notons qu’une enquête menée auprès des habitants de Livarot, ainsi que la densité des zones à scories repérées, révèlent l'importance de l'activité métallurgique dans le passé de cette commune.

  • Responsable d'opération
    Christophe Colliou
  • Contact responsable : christophe.colliou@arkemine.fr
  • Equipe de fouille :
    G. Bonnamour
    V. Leleu
    C. Marconnet
    S. Painsonneau
  • Partenaires :
    C. Lemaître (Société Historique de Lisieux)
  • Suivi SRA :
    C. Billard
  • Avis CIRA :
    Favorable

Artisanat
Métallurgie
Habitat